MUNDO

Mais qui était Sarah Banzet ?

Pour y répondre, voici un extrait de l'allocution du Président de l'Union des églises protestantes d'Alsace et de Lorraine M. Albecker à l'occasion de la pose de la première pierre de la résidence !

La résidence intergénérationnelle s'inscrit dans ce qu’on appelle le christianisme social, dont le précurseur alsacien fut le pasteur Jean-Frédéric Oberlin.Pour Oberlin comme pour ceux qui ont suivi sa trace, l’Evangile ne doit pas seulement être prêché, il doit être vécu et incarné à travers des gestes concrets envers les plus fragiles et les plus démunis, ce que l’on appellerait aujourd’hui l’action sociale.


C’est pour marquer cette filiation spirituelle que le Chapitre Saint Thomas, propriétaire de la résidence, a choisi le nom de Sara Banzet pour la résidence. Sara Banzet a vécu de 1745 à 1774 à Belmont, dans le Ban de la Roche, où elle a été au service du pasteur Stuber puis de son successeur Jean-Frédéric Oberlin. C’est en 1767 qu’elle prend l’initiative de réunir autour d’elle de très jeunes enfants, pour leur donner un enseignement adapté à leur âge : mots nouveaux, observation des plantes, histoires tirées de la Bible.On apprend en tricotant dans la seule salle chauffée de sa maison, appelée le « poele » en langage local. Le « poêle à tricoter » de Sara Banzet est donc la première école maternelle au monde. Les « poêles à tricoter », qui apportent un enseignement précoce aux enfants tout en permettant à leurs mères de gagner leur vie, deviennent un élément fondamental de l’œuvre pédagogique, sociale et humaine du pasteur Oberlin, qui recrutera par la suite de nombreuses « conductrices de la tendre enfance ».

Sara Banzet a également rédigé dans sa courte vie un remarquable journal, où elle relate ses expériences avec les enfants. 

 

 

 

RETOUR
MECENAT AU PROFIT DE LA RESIDENCE DE MUNDOLSHEIM

MECENAT AU PROFIT DE LA RESIDENCE DE MUNDOLSHEIM

L'ouverture de la Résidence est prévue en avril 2020. Le chantier a commencé en décembre dernier : Lire l'article des DNA du 29 11 2018

L'immobilier est porté par la Fondation St Thomas, et l'association porte le projet social.

Pour ouvrir la résidence, nous nous sommes engagés à en assurer l'ammeublement, pour réduire les coûts d'investissement. Cela comprend les appartements ainsi que les parties communes: salle multimédia, cuisine collecitve, buanderie, atelier pour les activités collectives.

Pour atteindre notre objectif, nous faisons appel au mécénat d'entreprises pour meubler les logements: nous avons évalué à 2 500 € le coût par appartements, pour un petit frigo, un meuble de rangement avec un micro-onde, une plaque de cuisson, une petite table avec 2 chaises, un lit, une armoire, un meuble pour la salle de bain.

Vous vous souvenez que nous avons déjà récupéré les lits, cela réduit en partie la dépense !

à voir et revoir: l'opération de récupération de 100 Lits

Nous avons aussi mis en place un crowdfounding pour les particuliers qui peuvent contribuer selon leurs moyens: avec la plateforme de collecte Les Petites Pierres, de la Fondation Somfy, vos dons sont doublés! Et vous recevrez un reçu fiscal pour une réduction d'impôt de 66%.

Nous devons donc atteindre avec vous la somme de 10 000 €, pour avoir une somme doublée de 20 000 € !

Nous comptons sur vous !